Hôpital universitaire d’Olomouc – Les fantômes imprimés en 3D sont réels !

L’impression 3D a de nombreuses applications différentes en médecine. Nous vous avons déjà montré un exemple d’utilisation à IKEM, un hôpital spécialisé de Prague, où ils utilisent des modèles d’organes imprimés en 3D pour des briefings préopératoires. Ici, dans l’Hôpital universitaire d’Olomouc, République tchèque, ils utilisent l’impression 3D pour tester leurs équipements de radiologie (différents types de machines à rayons X, CT, SPECT / CT, PET / CT), en utilisant des objets imprimés sur mesure de différentes tailles et formes : les fameux fantômes.

L’hôpital universitaire d’Olomouc est l’un des plus grands hôpitaux de la République tchèque, offrant un large éventail de soins de santé aux enfants et aux adultes. Le vaste complexe comprend plus de 50 bâtiments avec 3500 employés. En 2018, des physiciens médicaux du Département de physique médicale et de radioprotection ont commencé à utiliser des fantômes imprimés en 3D pour les modalités d’imagerie basées sur les rayonnements ionisants. Créer ses propres fantômes au lieu de les acheter signifie un gain de temps substantiel, permet une conception personnalisée adaptée aux besoins expérimentaux réels et a également le potentiel d’économiser des milliers d’euros. Les fantômes disponibles dans le commerce sont quelque peu limités dans leur diversité de tailles et de formes, tandis qu’à Olomouc ils voulaient créer des modèles personnalisés spécifiques, nécessaires pour un réglage approfondi de leurs machines de haute technologie.

Le principal défi était le bon choix de matériau. Au début, un mélange spécial de matériaux fait de PETG et de fibre de verre a été utilisé, mais plus tard, ils sont passés à de l’ ABS classique, qui s’est avéré avoir les bonnes caractéristiques pour un prix modeste. Outre d’autres choses, la densité du PETG et de l’ABS est similaire à celle de l’eau, ce qui signifie qu’il se comporte à peu près comme les tissus humains, en ce qui concerne les rayons gamma et les rayons X.

Les modèles remplissables sont traités à l’aide du logiciel PrusaSlicer et imprimé avec un paramètre de couche unique sans remplissage. Pour une meilleure imperméabilité, les impressions sont traitées avec un revêtement époxy XTC-3D. Ces modèles ont, selon l’expérience existante, la même durabilité que les fantômes disponibles dans le commerce et peuvent être utilisés à plusieurs reprises pendant très longtemps. Pour la calibration elle-même, les modèles sont remplis soit d’une solution de contraste d’iode pour le CT ou d’une solution radioactive pour les SPECT ou PET et sont généralement placés dans un plus grand récipient rempli de liquide (soit l’original, soit imprimé en 3D également), qui simule le corps humain (diffusion de rayons X ou gamma et/ou de fond radioactif) à des fins de test.

« Avec des fantômes imprimés sur des imprimantes 3D Original Prusa, nous pouvons tester nos scanners plus facilement. Nous avons souvent besoin de formes personnalisées et l’impression 3D est parfaite pour cela« , commente Ing. Jaroslav Ptáček, Ph.D., chef du département de physique médicale et de radioprotection. « De plus, nous sommes beaucoup plus flexibles et efficaces qu’avec les procédures d’achat officielles. Nous apprécions la durabilité des impressions 3D durcies avec du XTC-3D, qui peuvent être utilisées à plusieurs reprises et fréquemment.« 

Site web : http://www.fnol.cz