ÉQUIPEMENT DENTAIRE ASANA : UN GUIDE DE L’ALCHIMIE PRATIQUE DES RÉSINES

Pendant la pandémie de coronavirus, les dentistes ont été parmi ceux qui ont mis leur santé en jeu. Au travail, ils regardent littéralement la source potentielle d’infection et, évidemment, leurs patients peuvent difficilement porter des masques faciaux.

Lorsque les dentistes utilisent leurs forets et autres outils rotatifs, ils doivent les refroidir avec un débit d’eau constant. Cette eau se mélange à l’air et à la salive du patient et/ou des traces de sang dans un aérosol potentiellement infectieux. Comme une brume légère à peine visible, l’aérosol pourrait se déplacer jusqu’à 8 mètres de la bouche du patient !

Lukas Pekarek, le fondateur d’Asana-Dental, a trouvé une solution simple mais ingénieuse – le Système d’aspiration Asana.

La tête d’aspiration est placée près de la bouche du patient et emprisonne l’aérosol directement à la source. De lourdes gouttelettes d’eau jaillissent encore, mais ce n’est pas un si gros problème, car elles tombent rapidement et ne peuvent pas être inhalées. Dès le début, Lukas a coopéré étroitement avec un professionnel de la santé (ce qui est la seule façon de procéder lors de la conception d’un équipement médical, vraiment). Le Dr Vit Payma, un dentiste basé à Pilsen, en République Tchèque, lui a fait part de ses commentaires en permanence sur la manière de peaufiner le design pour une utilisation pratique. Le produit final a immédiatement rencontré une forte demande.

Au passage, le Dr Payma est lui-même un utilisateur expérimenté d’imprimantes 3D. Il utilise des images de scanners pour imprimer des modèles de dents et de mâchoires pour une évaluation préopératoire. Comme il le dit, un véritable objet 3D est toujours meilleur qu’une image sur un écran et l’aide à mieux se préparer aux procédures les plus difficiles.

Le système Asana se compose d’une poignée de pièces fabriquées avec différentes technologies : le tuyau articulé est en plastique injecté classique, le support magnétique est imprimé en FDM, et les adaptateurs aux deux extrémités du tuyau, ainsi que la tête d’aspiration elle-même, sont imprimés en SLA.

Il a fallu un certain temps avant que la forme idéale de la tête ne soit trouvée. Certaines des itérations antérieures du design ne tenaient pas toutes seules dans la bouche du patient et devaient être tenues par une infirmière. Toutes les itérations initiales du design ont été imprimées en FDM (sur une Original Prusa i3 MK3S), mais ces impressions n’ont pas pu être correctement stérilisées en raison des couches d’impression proéminentes et de la faible résistance à la chaleur. Pour la version de production, Lukas est passé au SLA, en utilisant une Original Prusa SL1. Les têtes d’aspiration sont fabriquées avec une résine spéciale, biocompatible et suffisamment résistante à la chaleur pour la stérilisation. Il a commencé avec la marque Formlabs et est ensuite passé à 3Dresyns. Il convient de noter ici que si une imprimante Formlabs n’accepterait qu’une résine Formlabs, l’Original Prusa SL1 peut imprimer à partir d’une vaste sélection de matériaux tiers.

Quant aux adaptateurs de tuyau, Lukas a d’abord essayé une résine dure, mais c’était trop fragile, puis un résine flexible, qui était trop mou. Il a trouvé une solution peu orthodoxe, mais plutôt évidente. Pour tirer le meilleur parti des deux mondes, il a mélangé les deux résines ensemble et a fait la moyenne de leurs temps d’exposition. Eh bien, cela va à l’encontre de toutes les recommandations habituelles, mais si cela fonctionne, peut-on vraiment se plaindre ? 😉

Le Dr Payma ajoute : « J’aime beaucoup le fait que tout le système soit modulaire, facile à démonter, et si nous voulons encore améliorer le design, Lukas peut mettre en œuvre les changements très rapidement.« 

Site Internet : asana-dental.com